FlowBank

Principaux éléments à retenir des résultats

Plus de 80 % des sociétés de l'indice S&P 500 ont publié leurs résultats du deuxième trimestre jusqu'à présent et, malgré un nombre moins élevé de résultats positifs que l'année dernière, les actions sont toujours en moyenne 13 % plus élevées que leur niveau le plus bas de juin. Pourquoi les investisseurs se réjouissent-ils des résultats du deuxième trimestre ?

Verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Les investisseurs ont abordé la saison des bénéfices avec un esprit de verre à moitié vide, prédisposé à penser négativement. Ils craignaient qu'une inflation élevée, un dollar fort et un ralentissement de l'économie n'entraînent une baisse des bénéfices. Beaucoup s'attendaient à ce que les bénéfices du deuxième trimestre soient le moment où les entreprises annonceraient toutes leurs mauvaises nouvelles en même temps.

Pourtant, même si les entreprises ne dépassent pas les attentes en matière de bénéfices avec une marge record comme elles l'ont fait en 2021, les investisseurs récompensent toujours les entreprises qui ont simplement répondu aux attentes et n'ont pas réduit leurs prévisions. Mieux que ce que l'on craignait" est la clé de ce trimestre.

tab

Alors que la demande globale reste saine, les défis de la chaîne d'approvisionnement sont restés l'un des thèmes les plus importants de cette saison des résultats, pratiquement toutes les entreprises l'ayant mentionné, le plus souvent comme un frein aux résultats. Les entreprises sont obligées de repenser, d'optimiser et de rapprocher les sites de production des clients.

Un autre thème est la mesure dans laquelle les entreprises augmentent agressivement leurs prix, car elles s'avèrent mieux équipées pour compenser la pression des coûts. Alors que certains signes indiquent que les clients commencent à faire moins d'achats, confirmant ainsi les inquiétudes précédant la publication des résultats, ceux qui continuent à faire des achats dépensent davantage à mesure que les prix augmentent. UPS a vu son chiffre d'affaires augmenter grâce à une hausse des prix de 11,9 % malgré une baisse de 4 % du volume quotidien de colis. Il existe de nombreux exemples similaires montrant que les consommateurs sont mis à mal par l'inflation, la hausse des taux et d'autres pressions macroéconomiques, ce qui indique que la santé financière des consommateurs à risque et des consommateurs aisés est en train de se diviser.

Enfin, les premiers bénéficiaires du COVID qui pensaient que la pandémie entraînerait une accélération spectaculaire et durable de l'évolution de leurs activités ont dû renoncer à leurs plans de croissance ambitieux. De Shopify à PayPal et Robinhood, tous ont annoncé qu'ils allaient se lancer dans des plans de réduction des coûts. Cette décision a été plutôt bien accueillie par les investisseurs.

Loin d'être parfait, mais améliroation continue

L'environnement est loin d'être parfait. Les marges globales ont augmenté moins que les revenus, ce qui signifie que les entreprises n'ont pas pu répercuter toutes les augmentations de coûts sur leurs clients. L'attente d'une amélioration significative des perspectives de marge se poursuit donc. En l'absence d'amélioration des perspectives économiques ou de réductions significatives des dépenses d'exploitation, les marges pourraient rester sous pression. En ce qui concerne les estimations de revenus et de bénéfices, si les analystes restent optimistes pour le second semestre de cette année, ils le sont moins pour les perspectives pour 2023, l'estimation moyenne ayant été revue à la baisse de 2 à 5 %. La raison principale est l'inflation, qui a poussé la Réserve fédérale à relever son taux d'intérêt directeur de manière agressive afin de réduire la demande.

Néanmoins, les marchés commencent à voir un peu de lumière au bout du tunnel du côté de l'inflation. Elon Musk, président-directeur général de Tesla, a déclaré que les coûts des matières premières et des composants de l'entreprise ont tendance à baisser au cours des six prochains mois. Le prix du pétrole et des denrées alimentaires commencent également à se redresser après que les inquiétudes relatives à l'approvisionnement en céréales et en huiles végétales se sont apaisées, l'Ukraine s'apprêtant à relancer ses exportations. Pour ces raisons, les marchés semblent plus confiants pour croire que l'économie mondiale pourrait avoir dépassé le pic d'inflation
.

Quel est l'impact sur le marché boursier ?

Dans leur sagesse collective, les marchés financiers mondiaux avaient décidé d'interpréter la récente décision de la Réserve fédérale d'abandonner les prévisions comme un virage dovish. Les bons du Trésor américain à longue échéance ont trouvé un intérêt. La hausse rapide du dollar américain s'est arrêtée. Et les actions se sont envolées, le S&P500 étant sur le point de franchir une ligne de tendance cruciale.

Toutefois, le rapport de vendredi sur l'emploi, plus fort que prévu, a immédiatement mis en doute la plausibilité d'une position plus neutre de la Fed et a suscité davantage de discussions sur une hausse des taux de 75 points de base en septembre.

Alors que les chances d'un tel mouvement ont doublé, passant de 33 % jeudi à 60 % vendredi dernier, il est important de souligner que la décision de la Fed dépendra largement de la dynamique de l'inflation et pas seulement des données sur l'emploi. Tant que le taux d'inflation mensuel n'accélère pas, la Fed n'aura pas besoin de relever les taux de manière agressive, réduisant ainsi le risque d'un atterrissage brutal (récession). Par conséquent, les lectures de l'inflation cette semaine et la semaine prochaine seront surveillées de près. Et dans l'intervalle, les cours des actions continueront de refléter l'état d'une économie qui résiste encore bien.

spy-1

A retenir

Notre observation est que les investisseurs ont conclu que, sur la base des bénéfices des entreprises, il n'y a aucune raison de croire que nous sommes en récession aujourd'hui ou que nous risquons d'en connaître une cette année. Le marché du travail fonctionne toujours à plein régime et les bénéfices du deuxième trimestre montrent une croissance à deux chiffres des ventes grâce à la bonne santé des dépenses de consommation. Les marges bénéficiairesse sont détériorées ce trimestre, mais cela ne devrait pas être une grande surprise car nous sommes en train de descendre des sommets historiques. Néanmoins, il s'agira d'une tendance importante à surveiller dans les mois à venir. Et tandis que l'inflation pèse sur le portefeuille des clients, les prix des matières premières et les indicateurs d'attente d'inflation commencent à former une tendance à la baisse. Cela devrait contribuer à atténuer la pression exercée par les consommateurs à faible revenu.

bg_newsletter
LiveWire

14 hours ago

US #PCE inflation runs hot #stocks #trading #forex $QQQ $SPY

18 hours ago

#Stocks rebound on better economic data #markets #trading

2 days ago

#US economy shows continuous strength #markets #trading