FlowBank

De nouveaux chocs sur les matières premières liées à la Russie sont à venir ?

L'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui en est maintenant à sa quatrième semaine, est devenue le principal point de mire des traders.

Le blé et le nickel s'envolent en raison des craintes liées à l'offre

La Russie est un important fournisseur de pétrole, de gaz naturel, de charbon, de nickel et d'aluminium, et l'Ukraine est un important producteur et exportateur de céréales.

Dans le secteur des matières premières, nous avons assisté à des mouvements sans précédent. La violence a provoqué d'importants problèmes d'approvisionnement tant en Russie qu'en Ukraine. En Ukraine, en raison de l'effet direct du conflit sur la production et les récoltes, et en Russie, en raison des sanctions imposées par l'Occident.

 

Source: TradingView / FlowBank

Le nickel, dont la Russie assure près de 10 % de la production mondiale, a plus que doublé sa valeur le jour de l'invasion, selon la bourse que vous consultez. Sur le LME, les opérations à terme sur le nickel ont été suspendues en raison de la hausse spectaculaire des prix, qui a eu un impact considérable sur les chaînes d'approvisionnement mondiales.

De même, le blé, dont la Russie et l'Ukraine représentent environ 30 % de l'offre mondiale, a également connu d'énormes mouvements à la hausse dans un premier temps (+60 %), avant de s'inverser brutalement, les gouvernements ayant fait appel aux réserves stratégiques dans le monde entier.

Les matières premières, un actif risqué

L'annonce de l'invasion le 24 février a provoqué un changement sismique dans toutes les classes d'actifs, dans le cadre d'une aversion au risque généralisée. La réaction initiale a vu les matières premières baisser, tout comme les actions et les devises liées au risque. Dans le même temps, les valeurs refuges telles que l'or, le yen, le dollar américain et les obligations ont connu une forte hausse dans un contexte de fuite vers la qualité.

Alors que les matières premières suivent généralement les tendances du risque, certaines d'entre elles ont brisé leurs corrélations en raison de l'impact direct de la guerre sur les approvisionnements.
Comment les marchés vont-ils évoluer à partir de maintenant ?
La réaction initiale à l'invasion étant passée et le conflit s'éternisant depuis près d'un mois, la grande question pour les investisseurs est maintenant de savoir ce qui va se passer ensuite en termes d'action sur le marché.

Scénario 1 : cessez-le-feu/accord de paix

Un thème clé que nous avons vu à travers le conflit jusqu'à présent est le rebond des actifs à risque et la chute des matières premières spécifiquement affectées, dans un contexte de signes d'arrêt ou de problèmes de l'attaque russe ou d'espoir d'un cessez-le-feu.

Les responsables des deux parties ont engagé des pourparlers de paix parallèlement à la violence et si, au départ, ces discussions semblaient infructueuses, récemment, les deux parties ont exprimé l'espoir qu'une résolution puisse être convenue.

Cela nous indique donc que si un cessez-le-feu peut être conclu, la réaction du marché devrait favoriser un solide rebond des actifs à risque et un recul des actifs sûrs. Cette réaction est susceptible de s'amplifier si une solution plus permanente est mise en place, comme un accord ou un accord de paix complet.

Pour le blé et le nickel, un tel scénario signifierait probablement une baisse des prix, les opérateurs anticipant une réduction des problèmes d'approvisionnement. Il se peut que l'offre de produits de base de ces deux pays ne revienne jamais aux niveaux d'avant-guerre, ce qui implique des prix plus élevés qu'avant la guerre. Cependant, étant donné l'énorme accumulation de positions spéculatives, les appels de marge pourraient provoquer une vente de panique et un renversement complet des gains de l'année dernière.

Scénario 2 : les pourparlers se poursuivent, la guerre s'éternise

Le deuxième élément à prendre en compte ici est le calendrier. Plus le conflit s'éternise, plus le risque d'escalade de la part de la Russie est élevé, et plus les conséquences sur l'économie mondiale sont importantes. Si les négociations s'éternisent, les opérateurs deviendront probablement sceptiques quant à la conclusion d'un accord, craignant que la Russie ne fasse pire.

Dans ce scénario, les actifs à risque baisseront, tandis que le blé et le nickel resteront probablement élevés, Nickel en raison de la gravité des mouvements actuels. On peut soutenir qu'une guerre prolongée et des perturbations de la chaîne d'approvisionnement ont déjà été évaluées, mais dans ce scénario, il y aurait peu de raisons pour que les baissiers des matières premières apparaissent en grand nombre.

Scénario 3 : la Russie prend l'Ukraine

La dernière situation à envisager, qui semble être le scénario extérieur pour l'instant et qui est aussi le pire des cas, est que la violence s'aggrave et que la Russie prenne l'Ukraine. Si ce scénario se réalise, l'impact immédiat sera une forte baisse du risque, la dynamique se produisant à une vitesse beaucoup plus grande. Dans ce scénario, les répercussions mondiales sont difficiles à anticiper pleinement, mais il est certain que le risque de conflit entre la Russie et l'Occident devient élevé.
Il n'y a pratiquement aucune chance de revenir à un niveau d'approvisionnement en matières premières proche de celui d'avant-guerre en Russie et en Ukraine. Le blé et le nickel pourraient atteindre de nouveaux sommets dans un tel cas.

Résultat escompté

D'une manière générale, le conflit semble se diriger vers une résolution, bien que le calendrier soit difficile à appréhender. Dans ces conditions, on peut s'attendre à un renversement général, quoique potentiellement progressif, des mouvements récents du marché à mesure que les prix des principales matières premières se normalisent.

La clé, cependant, sera de savoir ce que devient la "nouvelle normalité" pour la Russie et l'Ukraine et à quelle vitesse les sanctions sont levées et (si) les relations sont réparées.

bg_newsletter
LiveWire

14 hours ago

US #PCE inflation runs hot #stocks #trading #forex $QQQ $SPY

18 hours ago

#Stocks rebound on better economic data #markets #trading

2 days ago

#US economy shows continuous strength #markets #trading