FlowBank

Divergence momentum du Nasdaq, le fond est-il atteint ?

Le conflit en Ukraine a fait chuter les actions mondiales, mais la dernière chute du Nasdaq - l'un des plus touchés - a créé une certaine divergence de momentum. Le creux de la vague est-il atteint ?

Dernières nouvelles du Nasdaq

La guerre en Ukraine a exacerbé la baisse du Nasdaq. Le sentiment de perte de risque sur les marchés généré par l'invasion de la Russie a accru la demande d'actifs refuges et d'actions défensives. Les actions à forte croissance et technologiques ont été vendues afin de faciliter cette rotation du portefeuille.

La sous-performance de l'indice Nasdaq - et des nombreuses valeurs technologiques qu'il contient - cette année est désormais bien comprise. La perspective d'une hausse des taux d'intérêt, associée à une forte croissance économique, a incité les gens à délaisser les valeurs de croissance très valorisées au profit des secteurs cycliques du marché.

Action du prix du Nasdaq (IXIC)

Le Nasdaq Composite est brièvement tombé en territoire de marché baissier, perdant 22 % par rapport à son record historique de plus de 16 000 points. Ce repli s'imposait après l'ascension fulgurante de l'indice depuis son plus bas niveau de mars 2020, qui lui a permis de gagner plus de 140 %.

 

Source: TradingView / FlowBank

 

Les haussiers ont profité de l'occasion pour s'emparer de noms populaires à un prix réduit et l'indice s'est bien relevé de ses points bas. Dans le même temps, une divergence de momentum haussier est apparue, le prix ayant atteint un nouveau plancher inférieur mais le RSI ayant formé un plancher supérieur. Cela implique que l'intensité de la tendance baissière s'atténue.

Source: TradingView / FlowBank

 

Principaux facteurs fondamentaux

Guerre en Ukraine

Le Nasdaq est une version à bêta élevé du reste du marché - il aura tendance à évoluer dans la même direction mais à un rythme plus soutenu. Pour l'instant, l'humeur est au risque zéro à cause de la guerre en Ukraine et le Nasdaq est parmi les plus grands perdants. S'il y a un cessez-le-feu ou même un accord de paix, le Nasdaq pourrait facilement devenir un leader plutôt qu'un retardataire - du moins tant que le sentiment est le principal moteur de la tendance du marché.

La Fed

La perspective d'une hausse des taux d'intérêt constitue un vent contraire permanent pour les actions richement valorisées qui constituent le poids le plus important du Nasdaq. Il est difficile pour les marchés d'intégrer cette différence alors que la Fed continue d'acheter activement des bons du Trésor américain, bien qu'à un rythme beaucoup plus lent, car cette activité fausse les signaux provenant du marché obligataire.

On ne sait pas non plus jusqu'où la Fed devra aller pour maîtriser l'inflation. Pour cette raison, il est impossible d'affirmer que les hausses de taux de la Fed sont totalement acquises. On peut soutenir que quatre hausses de taux cette année sont prévues, mais la vitesse à laquelle elles se produiront et le nombre de celles qui suivront ne le sont pas.

Toutefois, si le conflit entre la Russie et l'Ukraine se répercute sur la politique monétaire, en retardant ou en réduisant le nombre de hausses de taux, la baisse du Nasdaq pourrait avoir été trop importante. Même si les actions restent moroses en raison de l'incertitude liée au conflit, le Nasdaq pourrait ne plus sous-performer le Dow Jones et le S&P 500 en raison de la politique monétaire.

Inflation

Bien sûr, l'inflation est désormais le principal moteur de la politique de la Fed. Cette semaine, le pétrole brut WTI a atteint son plus haut niveau depuis 14 ans, à 118 dollars le baril, ce qui a accentué des pressions inflationnistes déjà fortes depuis des décennies. La Russie étant un grand exportateur mondial de matières premières, notamment de pétrole et de gaz, mais aussi d'aluminium et d'autres métaux industriels, le conflit ukrainien aggrave l'inflation.

Si la Fed conclut que l'inflation est élevée et que l'économie est suffisamment forte, l'incertitude entourant l'Ukraine pourrait ne pas suffire à arrêter, voire à mettre en pause, le cycle de resserrement à venir.

Évaluations

Le Nasdaq composite reste richement valorisé par rapport à d'autres parties du marché américain et international, mais après un plongeon de 20 %, il est beaucoup moins bien valorisé qu'auparavant. Il y a un an, le ratio cours/bénéfice de suivi du Nasdaq 100 était de 38, aujourd'hui il est de 31, contre un ratio cours/bénéfice à terme de 24. En comparaison, le ratio cours/bénéfice du Dow Jones était de 31 il y a un an, contre 19 aujourd'hui, et un ratio cours/bénéfice à terme de 18.

En outre, contrairement à de nombreuses entreprises industrielles qui dépendent des matières premières, les entreprises technologiques qui composent le Nasdaq ont une dépendance minimale vis-à-vis de la Russie et les flux de revenus futurs sont moins susceptibles d'être affectés par une escalade de la crise actuelle.

Histoire récente

La dernière fois que le Nasdaq est entré dans un marché baissier remonte à 2020, dont il s'est rapidement remis. Avant cela, c'était en novembre 2018. Il a chuté de 23 % au total, dont une forte baisse de 17 % en dix jours. Il a ensuite gagné 50 % au cours des deux années suivantes avant que Covid ne frappe à nouveau l'indice.

La leçon à tirer pour les investisseurs, sur la base des deux dernières occasions, est d'acheter les 20%, mais cela ne peut pas fonctionner à chaque fois !

Conclusion

À court terme, le Nasdaq reste sensible à l'incertitude et à l'environnement sans risque provoqué par l'invasion russe en Ukraine. Mais à plus long terme, c'est l'impact du conflit sur l'inflation et la politique monétaire - compte tenu des valorisations historiquement élevées du Nasdaq - qui jouera le plus grand rôle dans la décision d'acheter ou non la baisse de 20 %.

bg_newsletter
LiveWire

14 hours ago

US #PCE inflation runs hot #stocks #trading #forex $QQQ $SPY

18 hours ago

#Stocks rebound on better economic data #markets #trading

2 days ago

#US economy shows continuous strength #markets #trading