FlowBank

MonthlyFlow - Novembre 2022

Pause et évaluation

  • Toute indication d'une pause dans les hausses de taux, en particulier de la part de la Fed, devrait stimuler davantage les marchés.

  • Le sentiment est extrêmement négatif, ce qui pourrait soutenir le mouvement à la hausse.

  • Une faiblesse dans les données sur l'emploi et l'inflation sera déterminante pour le sentiment des investisseurs.

Après un mois de septembre épouvantable et un début d'octobre difficile, les marchés ont connu un fort rebond au cours des dernières semaines. Le consensus reste globalement négatif, et la plupart des gens s'attendent à ce qu'il s'agisse d'une "nouvelle reprise du marché baissier". Cependant, les conditions semblent s'aligner pour un rallye jusqu'à la fin de l'année. En effet, de plus en plus d'indices montrent que la croissance ralentit et que l'inflation se refroidit, ce qui devrait permettre à la Réserve fédérale de faire une pause et d'évaluer la situation après le cycle de resserrement monétaire le plus agressif de ces 40 dernières années.

Alors que beaucoup ont parlé d'un pivot de la Fed, le terme est, à notre avis, trompeur. Un pivot suggère un changement de politique à 180 degrés, ce qui n'est pas près de se produire. En fait, la Fed a clairement indiqué qu'elle entendait rester à un niveau plus élevé plus longtemps, en s'efforçant de repousser les réductions de taux d'intérêt que les marchés ont prévues pour la fin de 2023. Mais il faudra encore attendre un an et, dans l'intervalle, la politique monétaire restera restrictive. Néanmoins, nous sommes probablement proches de la fin de la partie la plus agressive du cycle de resserrement, et toute indication d'une pause en 2023 serait la bienvenue pour les investisseurs, car ils ont dû ajuster continuellement les prévisions de hausse tout au long de 2022.

La Banque centrale européenne a procédé à un relèvement dovish en octobre, tout comme un certain nombre d'autres banques centrales, ce qui indique que le rythme du resserrement est susceptible de ralentir à mesure que les banquiers centraux évaluent l'impact des relèvements qui ont déjà été effectués à ce jour. De nombreux intervenants de la Fed ont commencé à indiquer la même chose. Le contexte européen en matière de croissance et d'inflation reste très différent de celui des États-Unis, ce qui laisse penser que la Fed a besoin de voir davantage de ralentissement sur le marché du travail et dans les données sur l'inflation pour être en mesure de lever le pied avec une certaine confiance que ses efforts ne seront pas réduits à néant.

Pour l'instant, nous pensons que le rebond a des jambes. De nombreuses questions restent en suspens pour 2023 et certains risques clés pèsent sur la poursuite de la hausse au cours des prochains trimestres, mais les marchés évaluent actuellement suffisamment le resserrement et la faiblesse des bénéfices pour poursuivre leur reprise jusqu'en décembre, surtout si les signaux de désinflation se poursuivent. La saison des bénéfices a été meilleure que prévu jusqu'à présent, malgré quelques ratés importants de la part des grandes entreprises technologiques, et les investisseurs s'attendent déjà à de nouvelles révisions à la baisse des perspectives de bénéfices pour 2023. Avec de telles attentes négatives et un tel positionnement baissier, la barre est plus basse pour les surprises à la hausse au cours des prochaines semaines.

Nous maintenons une allocation équilibrée avec une exposition décente aux actions, car nous pensons que ce rebond peut se poursuivre, même s'il n'est pas en ligne droite. Nous conservons une bonne allocation en liquidités pour faire face à une nouvelle volatilité et comme poudre sèche en prévision d'un ciel plus clair à moyen terme. Nous nous attendons à ce que le secteur de la technologie résiste, comme le montre une certaine résilience dans l'ensemble du secteur malgré les échecs des grands noms. Les rendements et le dollar pourraient finalement atteindre un sommet, ce qui devrait également soutenir le sentiment jusqu'à la fin de l'année. La dernière flambée des rendements indiquant probablement un pic pour le moment, nous continuons à rééquilibrer entre le crédit et les obligations souveraines. La prudence reste de mise car il est peu probable que la Fed devienne dovish du jour au lendemain, mais un ralentissement du rythme du resserrement monétaire dans le monde entier devrait servir de catalyseur à une hausse continue.

 

Actions

Le mois d'octobre s'est achevé par une forte reprise des marchés boursiers, les indications des banques centrales selon lesquelles elles envisagent de lever le pied sur la pédale de resserrement ayant stimulé le sentiment. Des signaux abondants indiquant que la désinflation est en cours et que la croissance commence à ralentir ont également aidé. Si l'on ajoute à cela les attentes persistantes que ce rallye s'essouffle et que les marchés continuent de baisser, ce qui a entraîné un positionnement extrêmement baissier, nous pensons que ce rebond peut se poursuivre jusqu'à la fin de l'année.

Les valeurs défensives ont ouvert la voie, ce qui pourrait se poursuivre compte tenu de la fragilité de la croissance et de l'incertitude quant aux perspectives pour 2023. La technologie dans son ensemble a bien résisté, compte tenu de l'échec de certaines grandes entreprises technologiques, et la poursuite de la baisse des rendements devrait soutenir le secteur. Le contexte de croissance de l'Europe reste préoccupant et les bénéfices devraient souffrir en 2023, ce qui laisse penser que l'Europe sous-performera les États-Unis. La consolidation du pouvoir du président Xi a effrayé les investisseurs, car le contexte de croissance reste médiocre et la répression réglementaire ainsi que la politique du zéro-covid ne sont peut-être pas terminées.

 

Obligations

La dernière flambée des rendements a été rapide et violente, mais le pic devrait enfin être atteint, d'autant que les banques centrales indiquent de plus en plus que la partie la plus agressive du cycle de resserrement arrive à son terme. Cela ne signifie pas que des réductions sont à venir, mais qu'une pause pour évaluer l'impact sur la croissance est probable. Dans ce contexte, nous continuons à rééquilibrer entre le crédit et la dette souveraine, car les spreads pourraient encore se creuser sur fond de craintes pour la croissance. Au sein du crédit, nous maintenons une préférence pour l'investment grade par rapport au high yield, car les craintes liées à la croissance ne sont pas derrière nous, même si tout rebond important des marchés d'actions devrait entraîner le segment du high yield à bêta plus élevé.

 

Devises

Le dollar reste roi, soutenu par des fondamentaux solides. Outre les niveaux historiquement élevés des taux réels américains, un contexte de croissance plus forte devrait maintenir les flux entrants dans l'économie américaine et, par conséquent, apporter un soutien sous-jacent au dollar. Bien que l'euro et la livre sterling se soient redressés après avoir été survendus, le potentiel de hausse reste limité car les deux monnaies continuent d'être affectées par les inquiétudes liées à la récession et à la crise énergétique actuelle. Nous nous attendons à ce que le yen japonais reste sous pression car la Banque du Japon maintient sa position accommodante et l'intervention pourrait ne pas être à la hauteur des différentiels de taux d'intérêt.

 

Matières premières

 

La récente baisse du dollar a aidé les prix des produits de base en général, mais nous ne voyons pas beaucoup de soutien à la tendance, car il est peu probable que la demande mondiale augmente de manière significative, compte tenu des préoccupations en matière de croissance et des contraintes de liquidité. Nous restons néanmoins optimistes en ce qui concerne le pétrole, car l'OPEP+ agit pour maintenir des prix élevés, et les producteurs de pétrole dans leur ensemble ont une capacité de réserve limitée. En ce qui concerne l'or, il est peut-être trop tôt pour s'enthousiasmer, mais le métal jaune commence à paraître séduisant compte tenu du risque de climat stagflationniste qui se profile à l'horizon.

 

Crypto

Le marché des crypto-monnaies s'est bien comporté récemment, en se redressant par rapport à octobre. Toutefois, tant que le marché continuera de faire face à un retrait de liquidités, il est peu probable qu'un rallye robuste se produise. La bonne nouvelle, cependant, est que la forte corrélation entre le bitcoin et les autres actifs à risque (notamment le Nasdaq) est en train de diminuer, ce qui devrait soutenir la classe d'actifs dans les mois à venir. Comme les investisseurs commencent à peser les avantages de la diversification dans leurs portefeuilles, cela pourrait renforcer l'attrait de la crypto et relancer les flux vers les actifs crypto.

 

bg_newsletter
LiveWire

15 hours ago

#PCE comes softer than expected #inflation #stocks #macro #Fed #trading

19 hours ago

#EUR advances, now near 5-month highs #fx #fed #trading

2 days ago

#US economy grows stronger than expected #gdp #trading