FlowBank

L'euro a 20 ans. Quelle sera la prochaine étape ?

L'euro a eu 20 ans le 1er janvier, au grand soulagement des citoyens qui l'ont adopté, mais à la surprise de certains économistes qui prédisaient une rupture de l'euro depuis des années. Alors, quelle est la prochaine étape pour l'euro ?

L'euro a 20 ans

    • Le 1er janvier dernier, cela faisait 20 ans que neuf États membres de l'Union européenne avaient renoncé à leur monnaie nationale pour adopter l'euro en 2002.
    • Survie : l'euro a survécu malgré les problèmes économiques variables de 19 pays, une crise financière mondiale et une crise de la dette européenne.
    • Expansion : Il a été adopté par dix autres États européens et a conservé sa valeur par rapport aux autres grandes monnaies. La Bulgarie, la Croatie et la Roumanie sont sur le point de rejoindre la zone euro.
    • Risques : La hausse de l'inflation mondiale constitue une nouvelle menace pour l'euro, qui n'a existé que pendant les 20 dernières années de faible inflation.
    • L'avenir : De nouveaux développements tels que les CBDC et une éventuelle union bancaire européenne et union des marchés de capitaux pourraient déterminer le succès ou l'échec futur.

Taux de change EUR/USD

L'euro se situe actuellement à un taux de change presque identique à celui de son introduction il y a 20 ans.
Les deux dernières décennies peuvent presque être divisées en deux, la première moitié étant celle de la force de l'euro avant la crise financière de 2008 et la seconde celle de sa faiblesse après la crise.

EUR/USD (20-years)

Source: Macrotrends.net

 

La question ouverte est de savoir à quoi ressembleront les 10 prochaines années. La tendance va-t-elle changer à nouveau à la suite de la pandémie de covid-19 ?

EUR/USD (2-years)

Source: FlowBank / TradingView

 

À court terme, l'euro a consolidé au-dessus de l'ancienne résistance à 1,12. La consolidation ressemble à une configuration en fanion, ce qui impliquerait une cassure vers les bas autour de 1,06. Toutefois, l'action actuelle des prix pourrait se transformer en un plancher, ce qui permettrait de franchir 1,14 et de revenir vers 1,17.

Comment l'euro s'est-il comporté ?

La première est que l'euro a survécu alors que beaucoup pensaient qu'il ne le ferait pas. De plus, son taux de change par rapport au dollar a été relativement stable et il est aujourd'hui la deuxième monnaie la plus échangée au monde. Mais le dollar américain reste confortablement la monnaie de réserve mondiale et les limites de l'euro en tant que monnaie unique pour des économies diverses sont toujours présentes.

Environ 60% des réserves de change détenues par les banques centrales sont libellées en dollars, alors que pour l'euro, ce chiffre est d'environ 20%, selon la Banque des règlements internationaux.

La crise financière de 2008 a marqué un tournant décisif dans l'histoire de l'euro. Lorsque l'heure de la crise a sonné et que les investisseurs ont dû choisir l'endroit le plus sûr pour placer leur argent, ce n'était pas en Europe, en euros, mais en dollars américains. L'histoire s'est répétée au début de la pandémie de Covid-19. Les investisseurs ont vendu en panique leurs actifs risqués pour acheter la sécurité des dollars. L'EUR/USD n'a pas atteint de nouveau record en 14 ans et serait probablement beaucoup plus bas aujourd'hui sans l'assouplissement monétaire sans précédent de la Réserve fédérale américaine.

Quel est le problème de l'euro ?

Il serait juste d'affirmer que la tendance à la baisse de l'EUR/USD depuis 2008 est davantage imputable à la force du dollar qu'à la faiblesse de l'euro. Cependant, il existe des problèmes systémiques dans la zone euro.

Les opposants affirment que le concept même de l'euro causera sa perte. Les pays ont besoin d'une monnaie et de taux d'intérêt qui représentent leur économie. En 2013, la Grèce, Chypre et une poignée d'autres nations d'Europe du Sud ont été piégées dans une monnaie inappropriée qui permettait d'emprunter à trop bon marché et laissait les exportations à des prix non compétitifs.
Les partisans de l'euro affirment que tout cela faisait partie de la courbe d'apprentissage de l'euro et que de nouvelles institutions de soutien ont été créées pour aider l'Europe à mieux résister à une crise.

Lorsque les investisseurs cherchent le refuge du dollar américain, ils cherchent en fait le refuge des bons du Trésor américain. Si l'euro disposait de son propre équivalent de bons du Trésor pour le soutenir, c'est-à-dire d'une "euro-obligation", il serait sans doute plus attrayant en période d'incertitude. L'idée d'obligations émises conjointement est réapparue lors des négociations en vue d'une solution fiscale à la pandémie. Le Fonds européen de relance économique a débouché sur la première dette commune de l'Union, mais n'a pas débouché sur une euro-obligation, jugée comme une perte de souveraineté trop importante pour les "nations créancières" de l'UE, à savoir l'Allemagne et les Pays-Bas

L'inflation : Un nouveau risque pour l'euro

En décembre 2021, l'inflation dans les 19 pays qui utilisent la monnaie euro a atteint son niveau le plus élevé depuis le début des relevés en 1997, soit 5 % en glissement annuel. En raison de la crise énergétique européenne, les coûts de l'énergie ont bondi de 26 % au cours de l'année écoulée. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 3,2 %, tandis que le prix des biens a augmenté de 2,9 %.

Les marchés à terme du gaz naturel et du pétrole laissent entendre que l'inflation dans le secteur de l'énergie a probablement atteint un sommet et qu'elle commencera à diminuer, mais qu'un retour aux niveaux d'avant la crise semble peu probable.

Si le niveau élevé de l'inflation persiste, la Banque centrale européenne devra prendre la décision difficile de relever ses taux, d'augmenter le coût des emprunts pour les gouvernements endettés en Europe et d'exposer les banques européennes à des défauts de paiement.

Eurozone benchmark interest rates

 

La Banque centrale européenne a maintenu une politique de NIRP (Negative interest rate policy) en ce qui concerne son taux de dépôt pendant une demi-décennie.

Des taux d'intérêt plus élevés pourraient offrir une nouvelle opportunité de carry trade aux cambistes en prenant une position longue sur l'euro, mais cela n'est possible que si les autres banques centrales ne mènent pas une politique similaire. Si les taux d'intérêt augmentent dans d'autres pays (notamment aux États-Unis), les cambistes se tourneront alors vers les économies les plus à même de supporter ces taux plus élevés, ce qui, d'après le graphique ci-dessus, n'est probablement pas la zone euro.

Raisons de l'optimisme pour l'euro

La survie d'une autre crise créée par le covid-19 ainsi que le lancement, pour la première fois, d'une dette commune aux pays de la zone euro offrent des raisons d'être optimiste.
Les grands changements qui se préparent pour l'euro sont l'introduction des CBDC et d'un euro numérique, ainsi que l'évolution progressive vers les euro-obligations, l'union fiscale et l'union bancaire.

Ce sont toutes des étapes vers une plus grande intégration européenne, c'est-à-dire vers des "États-Unis d'Europe". Si c'est la direction que les citoyens européens souhaitent prendre, l'euro pourra à l'avenir se comporter davantage comme le dollar américain aujourd'hui.

bg_newsletter
LiveWire

14 hours ago

US #PCE inflation runs hot #stocks #trading #forex $QQQ $SPY

18 hours ago

#Stocks rebound on better economic data #markets #trading

2 days ago

#US economy shows continuous strength #markets #trading