FlowBank

Les géants de la technologie sont-ils de retour ?

L'attention du marché se déplace de l'inflation et des rendements élevés vers les risques de récession mondiale. Dans ce contexte, les grandes entreprises technologiques surperformeront-elles le marché en général ?

Depuis des mois, les marchés oscillent entre craintes d'inflation et craintes de croissance. Mais récemment, ces dernières ont pris le dessus alors que des fissures commencent à apparaître dans l'économie américaine - et ailleurs.

Depuis la dernière réunion du FOMC en juin, l'inflation et la croissance ont surtout surpris à la baisse. Les composantes "nouvelles commandes" et "emploi" de l'indice ISM de l'industrie manufacturière se contractent toutes deux, et l'indice ISM des services publié mercredi a poursuivi sa tendance à la baisse, signalant un ralentissement du rythme de la croissance. La contraction des dépenses personnelles réelles a également déçu, étant inférieure aux attentes.

En outre, la hausse de juin de la mesure des prévisions d'inflation à long terme de l'Université du Michigan - l'un des principaux indicateurs surveillés par la Fed - a été révisée à la baisse dans la lecture finale, bien que restant à un niveau élevé (3,1%). Toutefois, l'équivalent du marché - le point mort d'inflation à cinq ans - a diminué continuellement, passant d'un sommet de 3,6% à 2,6% à la fin mars. Cette évolution, conjuguée à la baisse récente des prix de l'essence et d'autres produits de base, donne à penser que les craintes d'inflation devraient commencer à s'apaiser, ce qui permettrait à la Fed de réajuster sa politique à un moment donné.

Les marchés obligataires, qui ont souvent tendance à suivre les marchés boursiers, se sont adaptés aux récents changements économiques. Le rendement des bons du Trésor à long terme (10 ans) a baissé de manière significative, passant des sommets de la mi-juin (3,5%) à 2,8%, avant de regagner 3% vendredi à la suite d'un rapport sur l'emploi plus solide. Bien que le nombre de créations d'emplois ait pris les marchés par surprise, le taux d'activité a diminué et la croissance des salaires s'est ralentie, ce qui suggère que le risque de pressions inflationnistes croissantes sur le marché du travail est très faible.

Hausse de l'appétit pour le risque

Au milieu de cette agitation, le secteur technologique a commencé à afficher une dynamique positive ces dernières semaines, les investisseurs semblant vouloir prendre des risques. Les traders ont abandonné la stratégie gagnante de cette année consistant à acheter des actions du secteur de l'énergie après que le pétrole brut américain a chuté sous les 100 dollars le baril pour la première fois en un mois. Au lieu de cela, ils se sont emparés d'actions de sociétés technologiques et certains se sont même aventurés dans certains des coins les plus risqués du marché - l'ETF ARK Innovation a bondi de 13,7% la semaine dernière.

 

Tech co

 

Même s'il est trop tôt pour dire s'il y a un changement durable dans le leadership du marché boursier, les géants technologiques à grande capitalisation comme Apple, Microsoft, Google, et les valeurs de puces comme Nvidia et AMD continuent d'être le choix populaire parmi les investisseurs de détail. Le panier FAANG a enregistré plus d'un milliard de dollars de flux entrants au cours des deux dernières semaines.

Plusieurs éléments rendent ces actions attrayantes. Tout d'abord, elles sont très prospères. Leurs revenus combinés avoisinent 1’000 milliards de dollars par an et leur capitalisation boursière combinée est proche de 6’000 milliards de dollars. Deuxièmement, elles ont de fortes perspectives de croissance. Nombre d'entre elles connaissent une croissance extrêmement rapide, leurs revenus augmentant de plus de 20% chaque année. Et troisièmement, elles offrent aux investisseurs des retours sur investissement élevés. Par exemple, Microsoft se négociait à 102 USD par action au début de l'année 2019. Elle a clôturé à 267 USD vendredi dernier. Ainsi, si vous aviez acheté des actions MSFT à ces prix, vous auriez gagné près de 167% depuis lors ! Donc, que l'on considère ces entreprises dans le cadre d'une stratégie à long terme ou dans le cadre d'une stratégie de trading à court terme, il existe un potentiel de gains importants.

Le marché a-t-il touché le fond ?

Les traders perdaient tout espoir en voyant l'indice S&P500 corriger de 24% depuis janvier et le Nasdaq baisser de 33% au cours de la même période, soit la pire performance des indices américains depuis les années 1970. Toutefois, il est encourageant de constater que le niveau de la moyenne mobile à 200 semaines constitue un soutien solide pour les marchés. La moyenne mobile à 200 semaines a historiquement été un bon indicateur du moment où les marchés atteignent leur niveau le plus bas. Elle a correctement signalé un retournement lors du krach boursier de 2018 et même de celui du COVID de 2020.

 

NQ 11.07

De plus, le mouvement à la hausse de l'indice de force relative (RSI) est également très positif, ce qui indique la fatigue des vendeurs et les niveaux de survente. Souvent, lorsque le prix atteint des points bas plus bas, alors que le RSI atteint des points bas plus élevés, cela est considéré comme un signal haussier.

Un sentiment négatif et un positionnement léger font également partie des autres signaux contraires qui pourraient stimuler la progression de la technologie. Dernièrement, la lecture du sentiment des investisseurs (indicateur net haussier AAII) est en hausse par rapport aux niveaux extrêmes, ce qui indique un sentiment du marché très faible, mais qui s'améliore.

Ce redressement devrait se poursuivre - mais peut-être pas en ligne droite - à mesure que les craintes de resserrement s'atténuent par rapport à leur pic actuel, ouvrant la voie à un rebond du marché plus large.

Conclusion

En bref, les indicateurs macroéconomiques signalent un ralentissement de l'économie. Bien que le marché de l'emploi soit encore robuste aux États-Unis, l'emploi est historiquement un indicateur retardé et les risques de surprises négatives dans les semaines à venir sont donc élevés. L'inflation et les anticipations d'inflation semblant s'éloigner, la Fed pourrait réajuster sa politique plus rapidement que prévu, ce qui réduirait la pression sur les rendements réels et nominaux. Les inquiétudes liées à la croissance pourraient mettre plus de temps à s'estomper, mais si la croissance se maintient - en particulier aux États-Unis - et que les bénéfices sont bons cette saison, le sentiment des investisseurs devrait se rétablir, ce qui soulèverait les actifs à risque. Et les grandes entreprises technologiques sont bien placées pour mener le rallye.

bg_newsletter
LiveWire

20 minutes ago

#Stocks recover on signs #China #reopening. #Nasdaq #trading $QQQ $SPY #markets #forex

19 hours ago

Black Gold Under Pressure #COVID #WTI #oil #trading

1 day ago

Key data to watch this week #stocks #pce #cpi #trading