Rachats d'actions et 4 autres critères pour choisir des actions avec une "marge de sécurité"

Les rachats d'actions, la popularité et quelques critères de valorisation peuvent aider à sélectionner des actions présentant un rapport risque/retour sur investissement intéressant et une protection contre la baisse attrayante.

Le concept de "marge de sécurité" est incontournable dans la littérature sur les investissements, dont l’icône de l'investissement "value", Benjamin Graham, a été le pionnier. L'idée est simple : le prix d'une action sur le marché doit être bien inférieur à ce qu'elle pourrait valoir à l'avenir. Warren Buffett, le célèbre investisseur qui a bâti son succès en partie sur cette stratégie, mentionne qu'une action doit se négocier avec une décote d'environ 50% par rapport à sa valeur réelle, pour être considéré ayant une "marge de sécurité". Il existe de nombreuses mises en garde, le plus souvent les actions sont bon marché pour une bonne raison, comme des risques élevés pour les bénéfices ou des actifs gravement menacés. Nous examinons plusieurs critères pour identifier les actions "bon marché".

Rachats d’actions record

Les rachats d’actions pour le troisième trimestre de 2021 aux Etats-Unis ont totalisé USD234,6 milliards, soit une hausse de 130,5 % en glissement annuel. Il s'agit d'un rappel stupéfiant que les grandes entreprises américaines ont des bilans solides et que les rachats occupent une place centrale dans leur stratégie visant à stimuler le rendement des actionnaires. Il est intéressant de noter qu'environ 53,8% du montant des rachats est alimenté par les 20 premières entreprises, principalement les géants du monde de la technologie et les grandes banques. Sans surprise, ces entreprises ont des bilans solides et des flux de trésorerie record. Les géants de la technologie préfèrent les rachats aux acquisitions en raison de la menace de ne pas être autorisé par les régulateurs.

Buybacks chart

En fin de compte, les rachats soutiennent le cours de l'action, car l'entreprise achète ses propres actions sur le marché. À long terme, ils réduisent le nombre d'actions, ce qui augmente le bénéfice par action, même si les bénéfices n'augmentent pas. C'est une bonne affaire pour les actionnaires, si le prix de l'action est attractif et s'il n'y a pas de meilleures alternatives pour la société pour déployer le capital - sinon, cela détruit de la valeur.


Dans notre quête d'actions offrant une certaine protection contre la baisse, les sociétés qui procèdent à des rachats se négocient généralement déjà à de faibles multiples. Une société qui se négocie à des multiples élevés a généralement intérêt à utiliser ses actions pour faire des acquisitions, plutôt que de racheter ses actions. Les investisseurs doivent cependant savoir que pendant la période d'interdiction, c'est-à-dire les trois à quatre semaines précédant la publication des résultats, les sociétés interrompent généralement les rachats pour éviter d'être accusées de délit d'initié. Cette pause peut rendre l'action plus vulnérable aux chutes brutales que lorsque les rachats ont lieu.

Faibles ratios cours/bénéfices

En 2016, Apple se négociait à un multiple cours/bénéfice très bas pour une bonne raison : les analystes pensaient qu'elle allait devoir faire face à une concurrence accrue avec les smartphones et qu'elle ne parviendrait pas à se diversifier assez rapidement des ventes d'iPhone. Berkshire Hathaway de Warren Buffet a saisi l'occasion d'investir dans la marque emblématique. Elle a estimé que, même si les ventes atteignaient des sommets, grâce à un faible ratio cours/bénéfice et à un bilan solide, Apple pouvait encore offrir de bons rendements. Et c'est ce qui s'est passé, le cours en bourse de la société a été multipliée par six depuis.

Apple analysis

Il est essentiel de partir d'une évaluation "bon marché", car elle permet à l'entreprise de répondre plus facilement aux attentes et réduit le risque pour les investisseurs. En d'autres termes, partir du bas de l'échelle offre plus de possibilités de surprendre à la hausse. De même, les rachats d'Apple ont été efficaces parce que l'action se négociait à des valorisations raisonnables la plupart du temps. Les filtres de bénéfices s'accompagnent toutefois de certaines mises en garde. Ils doivent être durables sur plusieurs années et se transformer en flux de trésorerie, et pas seulement en bénéfices sur papier. 

Des bilans solides

Un bilan solide est l'un des critères les plus importants pour atténuer une partie du risque. Les entreprises qui conservent un solde net positif important de liquidités et d'investissements à court terme peuvent profiter d'opportunités par le biais de rachats d'actions ou d'acquisitions. Elles peuvent également restituer du capital aux investisseurs sous la forme de dividendes spéciaux. La qualité des actifs figurant au bilan n'est souvent pas claire comme de l'eau de roche, en particulier pour les secteurs minier, pétrolier et gazier, et les produits pharmaceutiques qui peuvent être soumis à des conditions qui évoluent rapidement, qu'il vaut mieux éviter. De temps à autre, des marques ou des sociétés solides peuvent être sous-évaluées par des facteurs affectant le marché au sens large (crise de la dette européenne, crise politique, pandémie, etc.) Tout au long de l'histoire, les entreprises dotées d'un bilan solide ont eu tendance à présenter le moins de risques de faillite en temps de crise et à être en mesure de tirer parti des opportunités commerciales.

Modèle d’affaire rentable

Les actions très rentables sont celles qui présentent des marges bénéficiaires nettes élevées, grâce à des modèles d'affaire souvent très solides, associés à des positions de leadership bien établies. Elles ont tendance à être rachetées par le marché assez rapidement en période de correction. Associées à des valorisations attrayantes, les entreprises rentables ont généralement la puissance de frappe nécessaire pour soutenir le cours de leurs actions par des rachats en période de faiblesse du marché. Elles ont tendance à bénéficier de barrières à l'entrée élevées et de solides boucliers qui sont durables. Parfois, cela peut exiger beaucoup de jugement de la part des investisseurs. Par exemple, les actions des géants de la technologie ont souvent été mises sous pression ces dernières années, les régulateurs débattant de l'opportunité de renforcer le cadre réglementaire. De même, les actions de Visa et Mastercard ont été sous pression par le passé, les régulateurs se demandant si le duopole des grands processeurs de réseaux de paiement devait être réglementé.

La crainte d'un consensus extrême

Les actions qui sont populaires et bien détenues sur le marché sont moins susceptibles de trouver de nouveaux acheteurs "en masse" que les parties du marché qui ne sont pas appréciées. Il peut s'agir d'actions de moyenne capitalisation (capitalisation boursière comprise entre USD2 et 10 milliards) qui passent sous le radar, ou d'actions de grandes capitalisations que les investisseurs ne possèdent pas. Par exemple, à la suite de scandales, de nombreux investisseurs se sont tenus à l'écart de Meta (Facebook). Cependant, la société technologique a continué à afficher une croissance incroyable. Comme prévu, l'entreprise procède à des rachats et continue d'investir dans ses activités. Il est difficile d’y passer à côté et le titre est largement diffusé, mais le niveau de mauvaise presse est très élevé. Dans une enquête de Yahoo en décembre 2021, elle a été classée comme la pire entreprise de l'année. FB analysis

D'un point de vue purement financier, cependant, elle bénéficie de marges bénéficiaires nettes d'environ 30%, d'un ratio cours/bénéfice estimé pour 2022 et 2023 proche de 23,1x et 19,4x. Son bilan est solide, avec environ USD65 milliards de trésorerie nette. En raison de la mauvaise presse et du risque d'être mis en cause par les régulateurs, il est probable que les investisseurs se tournent vers d'autres entreprises moins contraignantes. Néanmoins, Meta (FB) se négocie à une forte décote par rapport à ses pairs. En 2021 et depuis le début de l'année, elle a surperformé le Nasdaq 100.

Conclusion

Si une approche descendante pour trier les actions qui se négocient à une faible valorisation est utile, une analyse plus profonde est nécessaire pour évaluer l'avenir de la société. Les actions tirées vers le bas en raison d'un manque de popularité ou même d'une mauvaise presse peuvent être la source d'alpha, car des fondamentaux solides combinés à de faibles valorisations peuvent être la recette de rendements attrayants. Cette approche n'est pas particulièrement populaire car les investisseurs sont souvent instinctivement poussés à rechercher la performance et à éviter les actions qui font l'objet d'une mauvaise publicité, mais elle ne doit pas être écartée aussi facilement. 

bg_newsletter
LiveWire

18 minutes ago

#Apple posts highest-ever earnings! $AAPL #stocks #markets

1 hour ago

Core PCE hits 4.9% for the month of December! #US #ECI #PCE #trading

6 hours ago

Traders betting on another BoE Feb hike #FX #BoE #rates #UK